Le capteur de pédalage, comment ça marche ?

C’est un élément crucial à prendre en compte lorsque vous choisirez votre vélo électrique, et qui ne doit surtout pas être pris à la légère. Bien choisir son type de capteur de pédalage, c’est choisir un vélo doté d’une assistance électrique bien adaptée à votre style de conduite.

 

Pourquoi un capteur de pédalage ?

Un capteur de rotation pour vélo électrique

Un cadre légal bien défini pour les vélos à assistance électrique

Les vélos à assistance électrique (ou vélos électriques) sont les seuls véhicules comportant un moteur électrique et étant malgré tout considérés comme des vélos. C’est pour cela qu’ils font l’objet d’une réglementation stricte de la part de l’union européenne, qui interdit les moteurs de plus de 25 watts, ou encore ceux proposant une assistance électrique au-delà de 25 km/h. Par ailleurs, ces vélos électriques ne le sont (électriques) que lorsque le cycliste pédale : s’il s’arrête, l’assistance cesse totalement, ce qui n’est toutefois pas vrai pour certains modèles qui proposent une assistance au démarrage (environ 6km /h).

S’il était possible de s’en servir et d’avancer sans fournir aucun d’effort, il serait reconnu comme un scooter, ce qui impliquerait des obligations légales beaucoup plus contraignantes, comme le port d’un casque ou l’immatriculation. Du coup, ce qui apparaît comme étant limitant pour le vélo électrique constitue finalement un point positif, puisqu’il permet une plus grande liberté pour les conducteurs, qui se fait toutefois au prix d’une puissance moindre. Mais bon, on présume que si vous détestiez le vélo et étiez un inconditionnel du scooter, vous ne seriez probablement pas sur ce site….

Le capteur de pédalage, une pièce maîtresse

Le capteur de pédalage, qu’est-ce que c’est ? C’est une pièce qui va permettre de transmettre au calculateur tout un tas d’informations relatives à la manière dont vous êtes en train de pédaler. Le calculateur est une sorte de petit ordinateur qui orchestre le fonctionnement des pièces de votre vélo entre elles. Lorsque vous pédalez, il va transmettre un signal au moteur pour lui dire d’activer ou non son assistance électrique, et à quelle puissance il doit le faire. Plus vous pédalerez vite, moins la puissance fournie par le moteur sera grande, ce qui vous permettra d’obtenir une vitesse moins corrélée à la puissance de votre pédalage qu’elle ne le serait en l’absence d’assistance. Notez également que le niveau d’assistance peut être réglé directement pendant la conduite sur certains modèles, et que l’on peut choisir à certains moments d’être moins, voire plus du tout accompagné par la force motrice du vélo.

 

Différents types de capteurs de pédalage pour vélos-électriques

Les principaux capteurs qui équipent les modèles que l’on retrouve sur le marché sont au nombre de quatre :

  • Capteur de rotation : il va calculer la cadence du pédalage
  • Capteur de pression : il va calculer la force du pédalage
  • Capteur d’effort : il va calculer la force ET la cadence du pédalage
  • Capteur de tension : il va calculer la tension de la chaîne

 

Le capteur de rotation

Un capteur de rotation pour vélo électriqueCe capteur va tout simplement mesurer la cadence à laquelle le cycliste pédale. Dès que les pédales se mettent à tourner, le capteur se met en route grâce à un aimant qui va suivre les mouvements effectués par le pédalier. Il va pouvoir mesurer le temps que met le pédalier à effectuer un tour complet, et ainsi savoir à quelle vitesse les pédales sont tournées.

Il est possible avec ce type de capteurs d’effectuer un « pédalage symbolique » : en effet, vous n’avez qu’à faire tourner les pédales sans fournir de gros efforts afin que le moteur lui seul vous fasse avancer. Sachez toutefois que la batterie sera alors fortement sollicitée, et que l’autonomie dont dispose votre vélo n’en sera que plus réduite.

Ce que l’on apprécie dans ce système, c’est sa flexibilité et la facilité d’entretien offerte à l’utilisateur. Malheureusement, le capteur affiche certaines limites : comme il ne mesure que la cadence de pédalage du cycliste, et pas la force exercée sur les pédales, il n’est pas à même de comprendre la force avec laquelle la pression est exercée. Il est ainsi possible de mettre beaucoup de force dans les pédales sans pour autant effectuer beaucoup de mouvements. Dans ces moments-là, on aimerait plus d’assistance motrice alors que cadence de pédalage n’est pas très rapide.
Il faut donc veiller à bien changer de vitesse en fonction du terrain sur lequel vous roulez, afin de pouvoir indirectement adapter l’assistance fournie par le moteur à ce qui vous convient le mieux.

Le capteur de pression

capteur-torqueLe capteur de pression ne va pas analyser la vitesse de rotation des pédales, mais plutôt la force que met le cycliste dans son pédalage. Le capteur va être capable de mesurer la déformation sur le pédalier afin de calculer la pression subie, et ainsi d’être en mesure de connaître la puissance à laquelle le moteur doit être utilisé. Le moteur va ainsi s’activer immédiatement en phase de démarrage ; il faudra veiller à constamment pédaler, et à ne pas relâcher ses efforts car le pédalage « symbolique » n’est plus possible. Ce type de capteur est bien pratique dans les montées car on appuie forcément plus sur les pédales, et le moteur se met très rapidement à fournir toute sa puissance. En contrepartie, il sera plus simple de pouvoir bien contrôler la puissance du moteur, car elle dépendra directement de vos appuis.

Le capteur d’effort

Il faut savoir que de nombreux capteurs de pression sont couplés à des capteurs de rotation, et sont en fait des capteurs d’effort. Ils vont ainsi être capables de mesurer à la fois la pression exercée sur les pédales et leur vitesse de rotation, afin de fournir une assistance plus adaptée à vos besoins et à la façon dont vous roulez. Vous pourrez également rouler plus longtemps, car l’assistance apportée par le vélo sera plus pertinente, et plus conforme à ce dont vous avez besoin.

Le capteur de tension

C’est le moins utilisé chez les constructeurs. Il permet une détection des tensions exercée sur la chaîne, afin de connaître le degré d’assistance nécessaire à l’utilisateur. On trouve que la façon de pédaler est à peu près la même que sur les capteurs de pression : il faut maintenir un pédalage soutenu afin de permettre à la chaîne d’être constamment sous tension, afin que l’assistance du moteur électrique soit continue.